Rainy Days

Emission musiques celtes Radio Béton
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:07

Dans l'agenda général de Rainy Days j'ai annoncé cet opéra au Grand Théatre de Tours les 25, 27 et 29 janvier 2008.

Le théatre de Tours vient de m'adresser le dossier de presse que je vous propose de découvrir si vous souhaitez en savoir plus sur cette oeuvre.


LE PAYS de Joseph-Guy ROPARTZ (1864-1955) est un drame en musique, en 3 actes et 4 tableaux.
Il a été créé le 1er Février 1912, au Théâtre municipal, à Nancy

Il sera présenté à Tours les vendredi 25 à 20h, dimanche 27 à 15h et mardi 29 à 20h, sous la direction musicale de Jean-Yves Ossonce, et la mise en scène d'Alain Garichot.
Les décors de Denis Fruchaud, et les costumes de Claude Masson
Les lumières de Marc Delamézière et les projections de Lionel Monier.

Le rôle de Kaethe interprété par Barbara Ducret, celui de Tual par Jean-Francis Monvoisin et celui de Jörgen par Evgueniy Alexiev.

Et avec.... l'Orchestre Symphonique Région Centre – Tours

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:07

L’ Œ U V R E


Crée le 1er février 1912 au Théâtre Municipal de Nancy sous la direction du compositeur lui-même, Le Pays est repris un an plus tard, à l’Opéra Comique de Paris, où il remporte tous les honneurs. Suivent alors deux autres représentations de l’opéra : l’une à Altenburg (Allemagne) en 1914, et l’autre, à Genève (Suisse) en 1918. Depuis cette date, l’opéra n’avait pas été mis en scène jusqu’à l’an passé, en mai 2006 à Reykjavik (Islande). Les représentations de l'Opéra de Tours permettront d'entendre la partition intégrale.
Dans Le Pays, un marin breton se retrouve exilé en Islande suite à un naufrage. Il va être tiraillé entre son amour pour une islandaise, Kaethe et la nostalgie pour sa Bretagne natale.

D’origine bretonne, Joseph-Guy Ropartz débute la composition de ce drame musical en trois actes entre 1908 et 1910. A cette période, il est directeur du Conservatoire de Nancy depuis quatorze ans et cet exil se prolongera, puisqu’en 1919, il prend la tête du Conservatoire de Strasbourg. Il ne retrouvera sa terre natale qu’en 1929 : loin de son pays, la nostalgie du compositeur va aiguiser son inspiration. De nombreuses œuvres de Ropartz témoignent en effet de cette présence de la Bretagne mais également, de la mer.

Le sujet du Pays est né d’un recueil de nouvelles de Charles Le Goffic, intitulé Passions Celtes : « J’étais, écrit le musicien, assidu à ma tâche mais la pensée constamment tournée vers ma Bretagne lointaine. Et depuis longtemps je cherchais un sujet de drame en musique qui fut conforme à ma conception de ce genre d’ouvrage : une action intérieure, peu de faits ; des sentiments : peu de personnages ; pas de spectacle. Un matin, un de mes amis lorrains m’apporte un livre : « Il ne manquera pas de vous plaire, puisqu’il est signé d’un Breton et qu’il parle des gens et des choses de là-bas ! ». A la lecture de la seconde nouvelle du livre, L’Islandaise, Ropartz ajoute : « […] je n’allai pas plus avant. J’étais pris par le sujet, je croyais toutes les possibilités du drame lyrique tel que je le concevais. Il me permettrait en outre d’exprimer toute la nostalgie du Breton exilé ».
Ropartz sollicite alors l’écrivain breton pour la rédaction d’un livret issu de L’Islandaise qu’il intitulera Le Pays. L’objectif du compositeur n’est pas de s’inscrire dans le schéma traditionnel de l’opéra mais, au contraire, de créer « un drame concentré et tout intérieur » et que la musique « suffise à faire vivre, sans qu’il soit besoin d’avoir recours à des éléments empruntés à une formule de théâtre […]».
Chef d’œuvre du répertoire lyrique français, Le Pays est un opéra à la fois naturaliste et symboliste. Gabriel Fauré en avait mesuré l’originalité : « œuvre toute de sincérité, d’inspiration chaleureuse et poétique, d’une constante dignité de style et dont on peut dire qu’elle fait honneur non seulement à Guy Ropartz, mais à la musique française ».

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:08

L’ A R G U M E N T



Acte 1

L’histoire se déroule au XIXème siècle en Islande, à l’approche de l’hiver polaire.
Tual, un jeune marin-pêcheur breton est le seul rescapé du naufrage de sa goélette, l’Etoile d’Arvor. Blessé, étouffé dans la tourbière du « Hrafuaga », il est sauvé et recueilli par le vieux Jörgen Egilsson et sa fille Kaethe. Guéri après des semaines de fièvre et de délires, il déclare son amour à Kaethe. Mais celle-ci est méfiante : elle connaît l’âme nostalgique des Bretons et reste convaincue que Tual souhaitera retourner dans son pays natal dès que les goélettes reviendront. Tual insiste et demande à Jörgen de leur donner sa bénédiction. Comme le veut la coutume, Tual et Kaethe jurent fidélité sur le « Hrafuaga » : « Si je trahis mes serments, que je sois englouti par la tourbière ».


Acte 2

Le printemps approche et Tual, en travaillant à la construction de sa barque, se laisse aller à la rêverie et à la nostalgie de sa Bretagne natale.
Arrive Kaethe. Consciente des sentiments de son mari, elle lui annonce qu’il va prochainement être père en espérant que cette déclaration pourra le retenir. Tual rassure son épouse qui craint de le voir partir un jour.
Elle lui raconte alors la légende islandaise de la princesse Hilda qui attendit cent ans le retour de Messire Olaf.


Acte 3

Un soir, pendant le dîner, Jörgen raconte que les goélettes de Paimpol sont revenues à Seidis-fjord : ces propos attisent la curiosité de Tual. Pendant la nuit, le marin est hanté par des visions de la Bretagne et d’une flotte de goélettes. Comme halluciné, il se lève, équipe son cheval et se dirige vers le « Hrafuaga ». Kaethe se précipite à sa poursuite lorsqu’une goutte de pluie tombe sur sa main : c’est le dégel et déjà les corbeaux s’élèvent dans le ciel sombre. Kaethe supplie désespérément Tual de revenir mais le malheureux ne l’entend pas et il est englouti dans la tourbière.

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:09

NOTE DU METTEUR EN SCENE



Le Pays

Un pêcheur breton rescapé d'un naufrage et recueilli sur le sol islandais.
L'exil, le déracinement, la nostalgie...
Quel que soit le désir de l'aventure, l'importance des racines reste viscérale, parfois obsessionnelle, chez tout individu !
Il est rongé par le conflit intérieur permanent entre la vie de l'instant présent et le souvenir, qui va, parfois, jusqu'à anéantir une rencontre amoureuse, pourtant sincère, qui ne peut résister à l'appel de la terre natale...

La nostalgie est un thème favori pour Guy Ropartz qui écrivit : " Après avoir lu la seconde nouvelle L'Islandaise (du recueil de Le Goffic, Passions Celtes), je n'allais pas plus avant. J'étais pris par le sujet. Je croyais toutes les possibilités du drame lyrique tel que je le concevais. Il me permettait en outre d'exprimer toute la nostalgie du Breton exilé ."

L’Islande, île inhospitalière de feu et de glace, aux confins du cercle polaire arctique : désert de lave, glaciers et lichens.
103.125 km², 300.000 habitants, dont 70% vivent dans sa capitale : Reykjavik et ses environs immédiats.
Un Islandais sur cinq vit de la pêche.

Alain Garichot
Juillet 2007

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007 - 23:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:09

LE COMPOSITEUR


Joseph-Guy ROPARTZ (1864-1955)

Né à Guingamp, Joseph-Guy Ropartz débute sa formation musicale aux collèges Saint-Vincent de Rennes et Saint-François Xavier de Vannes, formation qu’il mettra en pratique dès 1882 en composant ses premières œuvres.
Parallèlement, il est passionné par la littérature et écrit des poèmes et nouvelles. Sous la pression de sa mère et pour satisfaire la mémoire de son père avocat (mort prématurément en 1878), il étudie le droit, obtient sa licence et s’inscrit au barreau de Paris. Il peut ainsi suivre des cours au Conservatoire de Paris.

Ropartz étudie alors avec Dubois (l’harmonie) et Massenet (la composition), mais préfère la personnalité de César Franck qui lui est révélée par l’audition du Chant de la Cloche de son élève Vincent d’Indy. L’influence de César Franck sera prédominante dans l’œuvre de Ropartz notamment, dans le Premier quatuor à cordes, le Psaume 136 (1897) ou les Quatre poèmes d’après l’Intermezzo de Heine (1899). Puis, progressivement, il se détachera de l’influence de Franck pour se forger son propre langage.

En 1894, il est nommé directeur du Conservatoire et des Concerts symphoniques de Nancy, devenant ainsi le plus jeune directeur de France. Il y joue les grands classiques et les œuvres de ses contemporains (Chausson, Magnard, d’Indy, Duparc ou Debussy). En 1919, on lui confie le Conservatoire de Strasbourg, où il demeure jusqu’en 1929. Puis, il rejoint le manoir familial de Lanloup, conservant une importante activité musicale, comme compositeur et chef d’orchestre. Il y meurt le 22 novembre 1955.

Ropartz a participé activement à la vie culturelle de sa région en publiant Le Parnasse Breton Contemporain et en fondant avec Louis Tiercelin, en 1889, la revue L’Hermine. Dans l’œuvre de Ropartz, les références à la Bretagne sont nombreuses : le choix des poètes (A. Le Braz, Ch. Le Goffic, A. Brizeux) ou des sujets (Les Landes, C’étaient trois matelots de Groix, En Mai), l’utilisation de thèmes traditionnels bretons (la première Symphonie « sur un choral breton », Prélude, Marine et Chansons, la Chasse du Prince Arthur ou encore la Rhapsodie sur deux Noëls populaires de la Haute-Bretagne)…
Eloigné de sa Bretagne natale pendant de longues années, Ropartz en fait une source d’inspiration importante. C’est donc aussi, et surtout, le symbole de la nostalgie qui domine dans ses œuvres.

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007 - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:11

L’ EQUIPE ARTISTIQUE



Jean-Yves Ossonce - direction

Depuis ses débuts en Angleterre en 1991, Jean-Yves Ossonce se produit fréquemment dans les opéras ou avec les orchestres nationaux de la BBC. Invité au festival d'Edimbourg dès 1994, il y dirige Briséis de Chabrier.

Outre cet ouvrage, sa discographie comprend les intégrales des symphonies d'Albéric Magnard, des Suites pour orchestre de Massenet, les concertos de Hahn et Massenet et un opéra de Ropartz, Le Pays, distingué par Classica parmi les meilleurs enregistrements 2002, et qui a reçu le Timbre de Platine d'Opéra International et le Grand Prix de la critique allemande (Deutschen Schallplaten Preis).

Depuis sa nomination à l'Opéra de Tours en 1999, il concentre une grande partie de ses activités sur la vie musicale régionale, tout en poursuivant sa carrière de chef invité, en particulier à l'étranger : Welsh National Opera, English National Opera, Korean Symphony Orchestra, Festival d'Edimbourg, Orchestre National de Belgique, Philharmonie Slovaque, Deutsche Oper de Berlin, Amsterdam, Staatsoper de Hamburg, Holland Symfonia, la Philharmonie Nationale de Varsovie, Teatro Verdi de Trieste, Capitole de Toulouse, Orchestre de la Radio de Leipzig, Opéra de Lausanne, Angers-Nantes Opéra, Opéra National de Montpellier, Opéra d’Avignon, Orchestre de la Monnaie de Bruxelles (concert avec Natalie Dessay).

Il se produit dans un large éventail d’œuvres lyriques et symphoniques, mêlant le grand répertoire et les œuvres plus rares comme celles de Frank Martin ou d’Ambroise Thomas. Il vient de diriger au Festival International d’Athènes (Théâtre Herodes Atticus avec June Anderson et Béatrice Uria-Monzon) et au Théâtre de la Fenice de Venise. En septembre dernier, il était invité par le Festival de Prague (Orchestre de Chambre de Prague) et se produit, en octobre, à l’Opéra de Montréal (Roméo et Juliette de Gounod). Parmi ses projets, Lucia di Lammermoor avec Natalie Dessay à l’Opéra de San Francisco, des nouvelles productions de Tosca à l’Angers-Nantes Opéra et Madame Butterfly à Lausanne.

Alain Garichot - metteur en scène

Sa double formation théâtrale et musicale l’amène très tôt à aborder la direction d’acteurs. Après douze années passées à la Comédie Française, sous l'administration de Pierre Dux en tant qu'assistant metteur en scène, il est nommé, de 1982 à 1995, professeur d'interprétation et de scène à l'Ecole d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris. Il réalise avec celle-ci plusieurs mises en scène : Salle Favart, La Chute de la Maison Usher de Debussy, L'Enfant et les Sortilèges et L'Heure Espagnole de Ravel; le spectacle Goldoni et ses Musiciens à l'Amphithéâtre de l'Opéra-Bastille et Dialogues des Carmélites de Poulenc au Palais Garnier (1994).
Il est régulièrement invité dans différentes maisons d’Opéra : Nancy, Rennes, Metz, Tours, Caen, Reims, Nantes, Avignon, Rouen, Lausanne et Genève, où il a réalisé les mises en scène de : Eugène Onéguine de Tchaïkovski, Falstaff de Verdi, Tosca et Madame Butterfly de Puccini, Manon de Massenet, Le Barbier de Séville de Rossini, Adrienne Lecouvreur de Cilea, La Clémence de Titus et Idomeneo de Mozart, Pénélope de Fauré, Gwendoline de Chabrier, La Voix humaine de Poulenc, Véronique de Messager, Pelléas et Mélisande de Debussy.
Il a réalisé, à Genève et à Caen, la mise en scène de Maria Stuarda de Donizetti, Manon à Bilbao.
Il anime également des séminaires d'interprétation au CNIPAL à Marseille, dans les Conservatoires de Lyon, Lausanne, Genève, ainsi qu’à L’Académie européenne de chant de Court (Jura Bernois) dirigée par Thierry Ravassard.

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:13

LES INTERPRETES


Barbara Ducret - soprano – Kaethe

Titulaire d’une agrégation de Musicologie en Sorbonne, de quatre Premiers Prix du C.N.S.M. de Paris, Barbara Ducret, née à Lille en 1975, ne commence l’étude du chant qu’en 1998, auprès de Françoise Rogez avant d’intégrer le Département Lyrique du C.N.S.M. quelques mois plus tard.
En 2002, elle obtient successivement le 2ème Prix au Concours international M. Caballé, le Prix d’Excellence du Concours International Hélia T’Hézan, le Grand Prix Opéra au Concours International de Marmande et le 3ème Prix au Concours International de Toulouse. En 2003, elle termine son cycle d’études au C.N.S.M. de Paris et travaille désormais sous la direction de Malcolm Walker et de Catherine Daiprés.
Elle s’est produite dans L’ Heure Espagnole de Ravel (direction : P. Rophé), L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi (direction : E. Haïm), Parsifal de Wagner (direction : P. Boulez), Le poème de l’amour et de la mer de Chausson (direction : Y.P. Tortelier), Shéhérazade de Ravel (direction : F.-X. Bilger), ainsi que dans des récitals à Toulouse, Lille, Reims, Saint–Etienne, Avignon, Paris, Marcq–en–Baroeul…
Barbara Ducret a participé à l’émission télévisée sur Arte : Stars von Morgen. En 2003, elle est la révélation Lyrique au MIDEM et est nommée en 2004 aux Victoires de la Musique dans la catégorie « Révélation Lyrique ».
En avril 2005, elle interprète le rôle titre dans Salomé de Strauss (dans la version originale), en français à l’Opéra de Saint–Etienne. Récemment, elle était Valentine (Les Huguenots) à l’Opéra de Liège, Blanche de la Force (Le Dialogue des Carmélites) à Marseille, Agathe (Véronique) à Nancy et a chanté les 4 derniers lieder de Strauss à Saint-Etienne,.
Elle vient d’interpréter Micaela (Carmen) et sera Phèdre, en novembre prochain, dans Ariane de Massenet à Saint-Etienne.

Jean-Francis Monvoisin - ténor – Tual

Attiré par l'opéra classique, romantique ou contemporain, par le concert ou la musique de chambre, Jean-Françis Monvoisin a étudié au C.N.S.M. de Paris et y obtient un 1er Prix de chant et de musique de chambre. Il doit son premier engagement à M. Rosenthal pour Le Poème de l'amour et de la mer de Chausson. Puis à Lyon, il interprète Tamino dans à la Flûte enchantée et le rôle titre dans Les Contes d'Hoffman.
Il débute sa carrière internationale en 1998 : en Italie dans les Puritains, puis au Scottish national Opera dans Norma. Il fait ses premiers pas à l’Opéra Bastille dans Salambô de Fénelon, à Edimbourg pour Giovanna d’Arco de Verdi et aux Etats-Unis dans Roméo et Juliette (Gounod). En 2000, il participe à La Bohême à Montréal, Carmen (Don José) et Tosca (Cavaradossi) à Lima, La Damnation de Faust à Bremen.
L’évolution de sa voix lui offre des rôles plus dramatiques : Die Ägyptische Helena de R. Strauss, Canio dans Paillasse et Turridu dans Cavalleria Rusticana, puis, Aïda, Faust, Carmen avec Carella. Il obtient un grand succès à Marseille dans Ariadne auf Naxos.
En 2003, il débute sur deux grandes scènes : la Monnaie de Bruxelles avec José van Dam dans Œdipe sur la route de Bartholomée et le Grand Théâtre de Genève avec Faust dans la Damnation de Faust, qu’il reprend en 2004 à Cape Town. Il incarne Don José à Cleveland et à Zürich, participe à la création de l'Espace dernier de Pintscher à Bastille ainsi qu'à l'Africaine de Meyerbeer à Strasbourg. Il a chanté Das Lied von der Erde avec l'Orchestre de Cannes.
Ces derniers mois, il chante La Damnation de Faust avec l’Orchestre Santa Cecilia, Bacchus à Bolzano et Lucca, Perséphone à Rome, Aïda à Limoges, Tito dans Clemenza di Tito à Metz. Il est Don José à Lecce et à Reims, il chante également Pinkerton, Roméo et Rodolfo à Tours, la Sérénade pour ténor et cor de Britten à Marseille et à Tours, Hoffmann au Grand-Théâtre de Limoges… Parmi ses projets figurent Le Caïd d’Ambroise Thomas à l’Opéra de Metz, le rôle-titre de Faust et Aïda.

Evgueniy Alexiev - baryton – Jörgen

Né en Bulgarie, Evgueniy Alexiev étudie le chant au Conservatoire National de Sofia avec N. Vassilev, puis remporte le 1er Prix d’Opéra au Concours d’Alès. Finaliste du Concours de la Chambre Syndicale des Directeurs de Théâtres Lyriques Français, il est remarqué par A. Bourseiller qui l’engage dans Don Giovanni.
En 1995, il intègre le Centre de Formation de l’Opéra de Paris et est finaliste du Concours Pavarotti. Sa carrière s’accélère : Eugène Onéguine à Lille, La Didone de Cavalli à l’Opéra Comique, Pelléas et Mélisande à Nantes et l’Appel de la Mer de Rabaud à Nancy. Il est invité à Prague pour Ping dans Turandot, au Chiemgauer Festival et à Antibes pour Figaro du Barbier de Séville.
Depuis, Evgueniy aborde des rôles variés : E. Onéguine, D. Giovanni, Marcello, Le Comte et Figaro dans Le Nozze, Sharpless, Escamillo, Enée, Haensel und Gretel…
Suivent Germont à Nuremberg, Figaro à Gratz, Alberti dans Robert le Diable au Staatsoper de Berlin avec Minkowski, Figaro dans Le Barbier de Séville à l’Opéra de Thessalonique. Durant l’année Verdi, il est Rigoletto, Iago, Don C. di Vargas, Ford, Amonasro, Rodrigue dans des concerts à Munich et Berlin.
Il chante Papageno à Paris, Don Giovanni à Nice, Le Couronnement de Poppée à New-York, Butterfly à Lausanne et au Luxembourg, Carmen au Stade de France, à Dijon et à Toulon, Roland de Lully, La Vedova Scaltra à Montpellier avec R. Koering qui l’invite au Festival pour Rita de Donizetti et L’Empio Punito.
Dernièrement, il a chanté Eugène Oneguine à l’Opéra du Rhin, Polyeucte de Gounod à St-Étienne, Le Jongleur de Notre-Dame à Montpellier, Falstaff à Tours, La Vedova Scaltra à Nice. Au Festival de Drottningholms en Suède, il chante Abramane (Zoroastre) de Rameau, sous la direction de C. Rousset.
Récemment, il était Escamillo (Carmen) à l’Esplanade de Saint-Etienne. Parmi ses projets : Orphée aux Enfers, La Vedova Scaltra …

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Jean-Pierre
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 2001
Age : 64
Localisation : Terre de Jocondie
Date d'inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Mar 27 Nov 2007 - 23:13

L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE REGION CENTRE-TOURS



L’Orchestre Symphonique Région Centre - Tours prend ses origines dans l’Orchestre Symphonique de Tours créé en 1960.
Depuis 1995, placé sous la direction de Jean-Yves Ossonce, il a développé avec lui de nouvelles ambitions et évolué au fil des saisons.
En décembre 2001, le Conseil Régional du Centre mandate l’Orchestre pour assurer, parallèlement à ses activités lyriques et symphoniques au Grand Théâtre de Tours, une mission régionale de diffusion, d’animation et de formation aux pratiques orchestrales.

Des collaborations sont également lancées avec différents acteurs locaux notamment avec le Concours International de composition Henri Dutilleux et l’Orchestre des Jeunes du Centre (direction, Jean-Marc Cochereau), afin de dynamiser le paysage culturel régional, de diffuser la musique symphonique et créer ainsi un pôle d’excellence régional dans le domaine musical.

Pour ses activités lyriques, l’Orchestre accompagne toutes les productions de l’Opéra de Tours et interprète, grâce à sa formation à géométrie variable, un répertoire riche et varié couvrant plus de quatre siècles d’Opéra de Gluck à Debussy. L’Orchestre se fait dès lors le complice de jeunes chanteurs au talent déjà confirmé (A. Figueroa, E. Alexiev, J.S. Bou, S. Droy, K. Vourc’h) et d’artistes renommés (I. Perruche, F. Leguérinel) pour aborder toutes les facettes du répertoire lyrique.

_________________
Pelloc'h e vimp marv eget paour.
(Nous serons morts plus longtemps que pauvres - proverbe breton)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rainydaysbetonjeanpierre.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ   Aujourd'hui à 16:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pays - Opéra de Joseph-Guy ROPARTZ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joseph-Guy Ropartz (1864-1995)
» Joseph-Guy Ropartz
» Joseph Haydn-Symphonies
» Disquaires du monde
» Joseph Martin KRAUS (1756-1792)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rainy Days :: Archives du forum-
Sauter vers: